Les ethnies


Bai

Les Bai (chinois : 白族 ; pinyin : Báizú, littéralement « ethnie blanche », à cause de leurs vêtements à dominante blanche), autrefois aussi appelés Minjia (chinois : 民家 ; pinyin : Mínjiā, « maison/famille du peuple »), sont un peuple du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine. On les trouve aussi à Bijie dans la province du Guizhou et à Sangzhi dans la province du Hunan.

En 2000, on comptait 1 858 063 Bai.

Qiang

Le peuple Qiang (chinois : 羌族 ; pinyin : qiāngzú) est l'un des 56 groupes ethniques officiellement reconnus par la République populaire de Chine. Ils vivent principalement dans des secteurs accidentés, sillonnés de rivières et de ruisseaux, de la préfecture autonome tibétaine et qiang d'Aba, et du xian autonome qiang de Beichuan, dans le nord-ouest de la province du Sichuan .

 

Au recensement de 2000 on comptait 306 072 Qiang

 

Memba

Au nombre d'environ 10 000, les Menba ou Monba vivent essentiellement dans la région de Moinyu, dans le sud de la Région autonome du Tibet, et sont disséminés, pour une minorité d’entre eux, dans les districts de Mêdog, de Nyingchi et de Cona.

 

Hommes ou femmes ont l’habitude de porter une sorte de tunique rouge appelée pulu, et un bonnet à fond brun et à rebord orange, ou un chapeau en feutre noir. Les femmes se parent de bijoux : bracelets, pendants d’oreille. À la ceinture des hommes, est accroché un couperet.

La plupart des Menba sont des adeptes du bouddhisme lamaïste, tandis que ceux de certaines régions y adjoignent des pratiques de sorcellerie. Les rituels funéraires des Menba comprennent à la fois l’ensevelissement par immersion, l’enterrement, l’exposition aux oiseaux et l’incinération

Luoba

Au nombre de quelque 3 500 individus, les Luoba vivent principalement dans la région de Lhoyu, dans le sud-est de la Région autonome du Tibet; une minorité d’entre eux est disséminée dans les régions de Mainling, Mêdog, Zayu, Lhunze et Nagxian.

Leur langue appartient également à la famille tibéto-birmane du groupe sino-tibétain mais peu d'entre eux la connaissent. Faute d’écriture propre, les Luoba utilisent l’écriture tibétaine.

Ils pratiquent à la fois l’agriculture et l’artisanat (tressage de bambou).

Les hommes portent des gilets en laine et se coiffent d’un chapeau de peau d’ours ou de fibres végétales ; les femmes portent un corsage à col rond et à manches serrées, et une jupe étroite.

Naxi

Les Naxi (chinois simplifié : 纳西族 ; chinois traditionnel : 納西族 ; pinyin : nàxī zú, littéralement « l'éthnie adoptée par l'ouest ») vivent, pour une petite partie (1 140), dans le sud-est de la préfecture de Nyingchi dans la région autonome du Tibet, et pour la majeure partie, dans le Yunnan, principalement dans la préfecture de Lijiang et la préfecture autonome tibétaine de Dêqên.

Ils utilisent la langue naxi et l’écriture dongba. L'écriture dongba est associée à la culture et la religion Dongba des Naxi.

Créée par cette ethnie il y a plus d’un millénaire, elle est considérée comme l’unique écriture pictographique, proche des hiéroglyphes, parfaitement conservée dans le monde actuel.

 

On compte 308 800 membres

Moso

Les Moso, Mosuo ou Musuo (chinois: 摩梭 ; pinyin: Mósuō) sont une petite ethnie du sud-ouest de laChine, à la frontière des provinces du Yunnan et du Sichuan, à proximité de la frontière avec la région autonome du Tibet7. La plupart d'entre eux habitent la région de Yongning et autour du lac Lugu sur les contreforts de l'Himalaya.

Officiellement ainsi que linguistiquement, les Moso constituent un sous-ensemble de la nationalité Naxi et utilisent un sous-système de l'écriture daba à l'instar de ce peuple.

Néanmoins, leur culture est distincte et unique, notamment en ce qui concerne la matrilinéarité et les relations amoureuses. Traditionnellement, il n'existait pas de mariage, les relations amoureuses étant des affaires privées et les enfants demeurant toute leur vie dans la maison de leur mère. 

 

Les Moso comptent de 30 000 à 50 000 habitants.

Nu

Les Nu (chinois: 怒族; pinyin: nù zú) vivent principalement dans la province du Yunnan. Leur territoire est une région de hautes montagnes et de vallées profondes traversées par les rivières Lancang, Dulong et Nujiang. Ils tirent leur nom de cette dernière rivière.

 

En 2000, on compte 28 759 individus

Deng

Les Deng ou Mishmi vivent essentiellement dans le district de Zayu de la région de Nyingchi.

Avant les années 1950, ils vivaient principalement dans les montagnes et les forêts profondes, et pratiquaient la culture sur brûlis, ainsi que la cueillette et de la chasse. Par la suite, avec l’aide du gouvernement, ils sont installés dans les vallées.

Leur langue appartient à la famille tibéto-birmane du groupe sino-tibétain. Mais ils utilisent des méthodes primitives d’écriture, faisant des encoches sur des morceaux de bois ou des nœuds sur des ficelles, et alignant des bâtonnets de bois ou des branches d’arbre pour compter et enregistrer les événements.

Leurs maisons sont généralement à deux étages, avec un toit en bois. En bas, vit le bétail et en haut, ce sont les chambres.

Les femmes ont des pendants d’argent en forme de tambour, des colliers de perles ou des parures en argent. Elles portent une jupe de soie, et vont nu-pieds. Les hommes enserrent leur tête d’un turban noir et ont des pendants d’oreille en argent.

Les Deng sont animistes et croient aux esprits.

Xarba

Les Xarba sont une petite communauté de 1 600 membres vivant dans le sud de la préfecture de Nyingchi, près de la province du Sichuan.

Le xarba est une langue langue tibéto-birmane.

Sherpas

Les Sherpas vivent essentiellement près du port de Zham et dans le xian de Dinggyê.

Au nombre d'environ 1200, ils sont divisés en quatre castes. Les gens de même caste ne peuvent pas se marier entre eux.

Ils parlent le sherpa, une langue tibéto-birmane dérivée du tibétain.

Leurs maisons sont généralement en bois, à deux étages.

Hommes et femmes portent une veste de laine blanche à rebord noir et à manches courtes.

Les Sherpas pratiquent le bouddhisme.

Tibétain

Les Tibétains vivent principalement en République populaire de Chine, dans la région autonome du Tibet, la majeure partie de la province du Qinghai, le sud de la province du Gansu, le nord-ouest de la province du Sichuan et le nord-ouest de la province du Yunnan.

Les Tibétains parlent l'une des différentes variétés du langage tibétain, dont la forme orale est souvent mutuellement inintelligible. Les habitants du Kham (les Khampas) parlent plusieurs dialectes qui sont plus ou moins inintelligibles pour les habitants de l'Amdo (lesAmdowas). Les habitants du Tibet central ou Ü-Tsang (les Gtsang) parlent le dialecte de Lhassa, lequel est incompréhensible pour les deux sous-groupes du Kham et de l'Amdo.

La plupart des Tibétains pratiquent une forme du bouddhisme vajrayana (bouddhisme tantrique) nommé bouddhisme tibétain, alors qu'une minorité importante adhère à la religion indigène Bön, et qu'il existe également une petite communauté musulmane et une petite communauté chrétienne.

Golog

Les Gologs ou Ngologs (tibétain zang : མགོ་ལོག ; translittération Wylie : Mgo-log, chinois : 果洛 ; pinyin : guǒluò), parfois orthographiés Golok ou Ngolok, sont une population nomade qui vit dans la préfecture autonome tibétaine de Golog de la province du Qinghai, à proximité de l'Amnye Machen, montagne sacrée du Tibet.

Les Gologs avaient la réputation – souvent méritée – de bandits de grand chemin qui les faisait redouter des caravaniers et des voyageurs

Hui

Les Hui (回族) vivant au Tibet sont pour la plupart des descendants de ceux qui sont venus du Gansu, du Shaanxi, du Qinghai, du Sichuan et du Yunnan sous la dynastie des Qing, une minorité d’entre eux étant venue directement d’Asie centrale.

Ils sont anthropologiquement similaires aux chinois Han à ceci près qu'ils pratiquent l'islam.

On les trouve surtout dans les bourgs ou les villes de Lhassa, de Xigaze, de Qamdo, etc., où ils pratiquent à la fois le commerce, l’artisanat et l’abattage du bétail.

Ils sont généralement bilingues, parlant le chinois mandarin et le tibétain dans leurs activités quotidiennes (ils emploient les caractères tibétain et han), et l’ourdou et l’arabe coranique dans la vie religieuse

Mongol

Les Mongols sont un ensemble de peuples de culture nomade, dont la majorité vit actuellement en Mongolie, en Russie et en Chine. Leur culture est également très présente au Kazakhstan.

On les trouve sur l'ensemble du plateau du Tibet. Une importante communauté est regroupée dans la province du Qinghai, autrefois appelée par les Occidentaux Khokhonor (appellation mongole du lac).

Leurs langues forment un groupe spécifique de la famille altaïque, ils n'ont pas de langue unifiée, bien que la langue de la minorité Khalkha soit la langue vernaculaire des deux Mongolies (Mongolie-Intérieure et pays Mongol).

Les Mongols pratiquent traditionnellement le chamanisme et, peu après les conquêtes du Tibet par les Mongols, un bouddhisme lamaïste (bouddhisme vajrayana dit tibétain), teinté d'animisme voire de chamanisme.

 

On compte 5 813 947 Mongol (en 2000)

Bonan

Les Bonan (ou Bao'an) (chinois : 保安族 ; pinyin : Bǎo'ān zú) sont un groupe ethnique vivant dans les provinces du Gansu et du Qinghai en Chine du nord-ouest.

Les Bonan parlent une langue altaïque liée au mongol et au dongxiang.

Ils sont de manière prédominante musulmans. On dit qu'ils descendent des soldats musulmans mongols postés dans le Qinghai pendant les dynasties Yuan ou Ming.

 

On compte 16 505 individus au recensement de 2000

Katsos

Les Khatsos (chinois : 喀卓人 ; pinyin : kāzhuó rén ou 卡卓人, kǎzhuó rén), également appelés Mongols du Yunnan (云南蒙古人, Yúnnán Mēnggǔ rén), sont les descendants de la dynastie Yuan de l'Empire mongol.

Oïrats

Le terme Oïrats ou Oyrats ou encore Oyirads (mongol : Ойрад, /Ojrad/) est le nom collectif de plusieurs tribus mongoles occidentales.

Ils sont présents dans le nord-ouest du Xinjiang, dans le nord du Qinghai et dans l'ouest de la Mongolie-Intérieure.

Salar

Les Salar (Salar : Salır ; chinois simplifié : 撒拉族 ; chinois traditionnel : 撒拉族 ; pinyin : Sālāzú) sont un groupe ethnique turcophone de l'est de Qinghai (xian autonome salar de Xunhua et xian autonome hui de Hualong) et du sud-ouest de Gansu (Xian autonome bonan, dongxiang et salar de Jishishan), ainsi que de certaines régions du Xinjiang.

C'est une société agricole patriarcale et musulmane.

On compte 104 503 individus au recensement de 2000

Tu

Les Tu vivent pour la plupart d'entre eux dans le district autonome de Huzhu dans l’est de la province de Qinghai, et pour les autres dans la province de Gansu.

Les Tu s’identifient comme « Mongour » (c'est-à-dire Mongol) (également écrit « Monguor » ou « Mongor »), ou comme « Tsagaan Mngghol » (ou « Chahan Mongguer »), qui signifie littéralement « Mongols blancs ». Cependant, ils sont catégorisés en tant que minorité séparée, en raison du fait qu'ils sont issus à la fois des Tibétains et des Mongols.

 

On compte 241 198 Tu au recensement de 2000.