Kosovo


Un peu d'histoire

Le Kosovo (en albanais : Kosova ou Kosovë, en serbe Kosovo, Kocobo), en forme longue la République du Kosovo (en albanais : Republika e Kosovës, en serbe : Republika Kosovo), également appelé officiellement par les autorités serbes Kosovo-et-Métochie (en serbe, Kosovo i Metohija), est une république, reconnue par une partie de la communauté internationale, située en Europe du Sud-Est, plus particulièrement dans les Balkans (ou péninsule balkanique) et en Ex-Yougoslavie. Déclaré indépendant depuis 2008, le Kosovo a pour capitale Pristina.

Le gouvernement kosovar exerce de facto son pouvoir sur la majorité du territoire ; sa partie nord, 15 % de la région avec une population à majorité serbe, se trouvait jusqu'à peu sous l'autorité de l'auto-proclamée Assemblée de Kosovo-et-Métochie qui ne représentait quasiment que des Serbes et qui refuse la déclaration d'indépendance de 2008 des Albanais kosovars et revendique son maintien au sein de la Serbie. Un échange territorial avec la Vallée de Preševo/Preshevë, peuplée d'une majorité d'Albanais est régulièrement évoqué afin de régler le conflit.

Ce territoire à majorité albanaise a appartenu à différents États lors de son histoire. Enlevé à Byzance par la Serbie en 1170, le territoire est occupé par l'Empire ottoman en 1459 et fait de nouveau partie de la Serbie depuis le traité de Bucarest de 1913 mettant fin à la deuxième Guerre balkanique, puis devient, après la Seconde Guerre mondiale une province autonome de la Serbie au sein des différentes Yougoslavies, avant d'être placé sous administration de l’ONU le 10 juin 1999 en vertu de la résolution 1244 des Nations unies à la suite des violents conflits qui ont opposé les autorités serbes aux séparatistes albanais et à des bombardements de l'OTAN, à la fin des années 1990. Depuis les accords de paix de Koumanovo, datés du même jour, une force de l’OTAN, la KFOR, assure la paix et l’ordre dans cette région. Les négociations sur le statut du Kosovo entre les autorités serbes et kosovares sont longtemps restées dans une impasse, les premières ne parlant que d’une large autonomie du Kosovo au sein de la Serbie, les secondes voulant l’indépendance.


Le Kosovo aujourd'hui

Aujourd'hui le Kosovo est une plateforme stratégique, au coeur de l'Europe. Cette république est donc un enjeu stratégique pour l'OTAN. 

 

Le Kosovo peut-il devenir membre de l'Otan ? Oui, si des amendements aux accords existants sont apportés. Par exemple à la résolution 1244 du Conseil de sécurité de l'Onu selon laquelle le Kosovo est une partie inaliénable de la Serbie. Oui, si les Serbes votent au parlement kosovar en faveur de la création d'une armée du Kosovo, constate l'auteur de la tribune.

"En fait, les Etats-Unis n'avaient besoin d'un Kosovo indépendant que pour s'y créer un nid militaire bien douillet. La vraisemblance de cette hypothèse a été confirmée par la récente décision du Congrès US de créer un climat favorable à l'adhésion du Kosovo au programme Partenariat pour la paix de l'Alliance", indique Brankica Ristic (éditorialiste Sputnik Serbe).

 

Conformément à la résolution 1244 qui reste en vigueur, seules les forces de l'Otan peuvent stationner au Kosovo, soit la Kosovo Force (KFOR, force armée multinationale mise en œuvre par l'Otan dans le Kosovo). Cette résolution peut, cependant, être facilement contournée (l'opposition Russe et Chinoise du même coup). 

Pour cela, il suffit de deux choses :

  1. Le Kosovo décide de créer sa propre armée qui agira, dans le cadre de l'Otan, l'Alliance nord-atlantique verra ainsi émerger dans la région une structure doublant ses fonctions militaires. 
  2. Ensuite pour contourner la résolution, il suffit de changer le nom de l'armée de la KFOR en "Forces armées du Kosovo" (par exemple)
Download
Résolution 1244 du Conseil de l'ONU
N9917290 2.pdf
Adobe Acrobat Document 25.7 KB

Prise de paroles en juillet 2016

A l’occasion du Sommet des Balkans (en juillet 2016), la délégation de la République du Kosovo a rencontré la rédaction du journal L'opinion Internationale. Ils ont ainsi pu développer leurs buts : l’entrée dans l’Union européenne, la normalisation avec la Serbie, et l’éradication des candidats au djihadisme issus de leurs concitoyens. L’actuel gouvernement du Kosovo est le fruit d’une coalition de fait entre deux des trois principaux partis du pays. 

Propos recueillis parHarold Hyman, tournage de Stéphanie Petit (Source L'Opinion Internationale)

Situer le Kosovo

Infos complémentaires