A propos de la réalisatrice Lhanze Namgyel

C’est une douce mélodie, celle des hauteurs du monde. Le vent souffle un peu sur les plaines du plateau tibétain. Cette région attise les regards, les discussions houleuses, mais que savons-nous de cette région autonome de Chine ? Que savons-nous de ses habitants ? 

J’ai pris le temps de revoir plusieurs fois le documentaire de Lhanze Namgyel. Plusieurs raisons à cela, d’abord parce que je garde en mémoire la discussion le jour de notre rencontre, ensuite parce que l’exercice du documentaire est très difficile et exigeant. Contrairement au reportage, le documentaire présente une réalité sans la farder, sans la transformer. C’est une caméra qui laisse le temps dessiner les éléments du réel.  C’est un partage.  

Dès les premières images du film « Ma grand-mère » de Lhanze Namgyel, j’ai été touchée. Il faut prendre le temps de rentrer dans l’histoire de sa famille.  Comment parler sa famille ? Comment écrire et laisser parler son entourage sans vouloir intervenir. C’est cet équilibre subtil que la réalisatrice a su trouver.  Pour en savoir plus et découvrir l'article complet ainsi que son film, cliquez ici !

Write a comment

Comments: 0